Les écoles toujours privées de moyens suffisants dans les Bouches-du-Rhône

http://www.lamarseillaise.fr/bouches-du-rhone/education/75175-les-ecoles-toujours-privees-de-moyens-suffisants-dans-les-bouches-du-rhone

Écrit par Catherine Walgenwitz pour La Marseillaise samedi 2 mars 2019 08:02

Avec 138 ouvertures de classes pour 116 fermetures,les mesures de la carte scolaire s’annoncent insuffisantes dans les Bouches-du-Rhône. Les dédoublements de classes et l’arrivée de 650 élèves absorberont l’essentiel des moyens.

Ca passe, ou ça casse. Mardi, les organisations syndicales se sont prononcées unanimement contre les mesures de carte scolaire pour la prochaine rentrée dans les écoles des Bouches-du-Rhône.

Le rôle des syndicats en comité technique académique n’est que consultatif, mais il donne le ton des conditions dans lesquelles se prépare la prochaine rentrée. Avec davantage d’ouvertures de classes que de fermetures et l’arrivée de 94 nouveaux profs, mais aussi de 650 élèves supplémentaires, globalement sur le papier tout semblait pour le mieux.

Mais à y regarder de plus près, les profs viendront à manquer, ce qui pourrait compliquer les dédoublements, après les CP l’année dernière, des classes de CE1 en éducation prioritaire. Le Snuipp-FSU, principal syndicat des enseignants du 1er degré, estime à une centaine le nombre de postes d’enseignants nécessaires pour dédoubler les classes.

Par manque de profs, la mesure phare du gouvernement ne sera pas respectée, avec 15 élèves par classe, au lieu des 12 annoncés. À Marseille, où la situation est plus tendue qu’ailleurs, le recours à de la co-intervention avec deux enseignants qui se partageront une trentaine d’élèves dans un même espace sera plus important. Une quarantaine d’ouvertures de classes ne pourront être réalisées, faute de locaux, et les élèves pourront être envoyés hors de leur secteur.

À l’école Saint-Charles (1er arrondissement), le Snuipp, décrit un contexte ubuesque avec 30 élèves de CP qui resteront sur le carreau faute de place. « Se crée une iniquité entre les écoles, entre les classes », explique Frédérique Berthet, pour le Snuipp. La situation est jugée catastrophique dans le centre-ville, mais n’épargne pas d’autres quartiers. Un phénomène nouveau constaté pour la première fois.

https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1KUlUg5WDhGtIgsxQJ9C_qfSFao-MeBXE&ll=43.53473379008966%2C5.152316599999949&z=10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *