D0DBE-08/1217/SOSP

VILLE DE

MARSEILLE

REPUBLIQUE FRANCAISE

DEPARTEMENT DES

BOUCHES-DU-RHONE

EXTRAIT DES REGISTRES DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 15 Décembre 2008

PRESIDENCE DE MONSIEUR Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Sénateur des Bouches-du-Rhône. L’Assemblée formée, Monsieur le Maire a ouvert la séance à laquelle ont été présents 96 membres.

08/1217/SOSP

DIRECTION GENERALE DES SERVICES TECHNIQUES – DIRECTION DES SPORTS – Politique

Sportive de la Ville de Marseille.

08-17258-SPORTS

– o –

Monsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur l’Adjoint délégué au Sport, aux Equipements Sportifs et au Développement du Sport pour Tous, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

La politique sportive de la Ville de Marseille nous amène à prendre de l’avance sur notre avenir. Elle ne s’inscrit pas uniquement dans l’harmonisation de l’utile avec le nécessaire.

Elle répond aux attentes des pratiquants et à leurs modes de pratiques. Elle apporte des réponses concrètes :

  • à court terme par un soutien renforcé aux associations, aux clubs, aux animations et aux événements sportifs.

  • à moyen terme par la mise en oeuvre d’un programme de rénovation de nos équipements sportifs (stades, gymnases, piscines, jeux de boules, tennis).

  • à long terme par l’étude et la réalisation d’équipements sportifs contribuant à accélérer l’avenir de notre ville.

    Elle est destinée à développer la pratique sportive en répondant aux attentes du pratiquant, qu’il soit Marseillais, issu des communes environnantes, de notre département ou des villes de notre région.

    La politique sportive de la Ville de Marseille souhaite rassembler, elle se situe en partenariat avec l’ensemble des institutions, aux côtés des acteurs du mouvement olympique et sportif.

    1. Notre ambition est réellement un acte de partage. En complément de la compétition et de la performance liée à la pratique sportive, elle prend en compte les dimensions sociétales du Sport :

      Son rôle éducatif (à l’école, dans le quartier, au club). Son rôle pour la santé (prévention, hygiène de vie).

      Son rôle intergénérationnel (entre les éducateurs et les pratiquants).

      Son rôle d’intégration (hors du champ traditionnel des situations de rupture). Son rôle social (apprentissage de la citoyenneté).

    2. Nos missions sont :

  • de contribuer au développement et à l’appropriation individuelle et collective, des valeurs portées et générées par le Sport : Respect, Solidarité, Partage, Persévérance, Exemplarité.

  • de faire partager la pratique sportive de compétitions et/ou de loisirs au plus grand nombre de Marseillaises et de Marseillais.

  • d’être à l’écoute du Mouvement Olympique et Sportif et des Pratiquants, pour proposer une offre de services, d’équipements et d’infrastructures pouvant correspondre à leurs modes opératoires et aux évolutions de ceux-ci.

    1. Nos objectifs sont :

      1. de répondre aux attentes du Sport organisé :

        En effet le mouvement olympique et sportif est, dans notre pays, l’organisation de base du Sport, il est donc naturel qu’il soit également l’interlocuteur privilégié de la Ville de Marseille.

        Certaines attentes, celles exprimées à ce jour, ont pu être prises en compte dans la Politique sportive de la Ville de Marseille, d’autres attentes qui verront le jour en fonction de l’évolution des pratiques, feront l’objet de partenariats sur la base de projets.

        Il s’agit :

  • d’intensifier notre soutien au mouvement sportif associatif oeuvrant dans les disciplines présentes à Marseille (plus de 60 disciplines sportives). En accompagnant les dirigeants bénévoles, en valorisant les actions éducatives et citoyennes, en créant un label sport à Marseille, en consultant les fédérations pour l’attribution de subventions financières et en particulier en appréciant l’exemplarité des équipes dans la lutte contre la violence et le racisme ainsi que la réalisation d’actions citoyennes.

  • de promouvoir les actions visant à accompagner les disciplines et/ou les clubs, vers des horizons sportifs de haut niveau (sports collectifs et individuels). En effet, le sport de haut niveau joue un rôle social, culturel et identitaire fort. Dans notre ville, à côté de l’OM (équipe professionnelle) et du Cercle des Nageurs de Marseille, les autres disciplines ou clubs n’ont pas toujours pu se frayer le chemin vers le haut niveau. Nous devons encourager l’union des clubs dans les disciplines sportives par équipes, afin de pouvoir concentrer plus de moyens sur l’équipe en devenir. Bien évidemment, ces unions doivent naître autour des clubs historiques marseillais avec le soutien de leur fédération.

    Le projet sportif de ces clubs doit aussi prendre en compte la participation globale de la Ville de Marseille, mais également la possibilité d’associer d’autres collectivités territoriales et, bien entendu, des partenaires privés.

    Des objectifs communs et le respect des engagements sont la base de chacun de ces

    partenariats.

  • d’accueillir à Marseille, des événements sportifs liés aux Fédérations et à l’attribution de titres nationaux et internationaux.

    En effet, l’événementiel sportif est un facteur de positionnement et d’image important pour une ville. A Marseille, nous avons un vrai savoir-faire. Après la coupe du monde de Football, celle de Rugby ou plus récemment celle de Beach Soccer, ou des événements de type Beach Volley, Open 13 ou tournoi de Marseille en tennis féminin et bien d’autres, nous pouvons accueillir, dans notre Ville, de nombreux événements sportifs. Le calendrier prévisionnel des fédérations nous amènera à nous positionner sur des rendez-vous nationaux (championnats et/ou coupe de France) et/ou internationaux (championnats et coupes d’Europe, championnats du Monde et/ou coupes du Monde).

    En complément et là aussi parce que nous avons un savoir-faire remarquable et remarqué, il nous faut encourager et développer les événements de dimension nationale ou internationale de type « Marseille-Cassis », « les Bosses du 13 », le tournoi international de football junior, le Mondial à pétanque… qui contribuent au positionnement sportif de notre ville et au développement des pratiquants.

  • de valoriser et mettre à l’honneur les champions d’hier et d’aujourd’hui, qui font l’histoire sportive nationale et internationale de notre Ville.

    Chaque année, depuis cinq ans, Marseille met à l’honneur les Sportifs qui ont obtenu des titres nationaux et/ou internationaux. Nous allons densifier cet événement et ajouter aux Sportifs la valorisation des clubs, des dirigeants, des entraîneurs et celles des pratiquants.

    Ce rendez-vous sera celui de tout le mouvement sportif à Marseille. Il nous permettra également, chaque année, de rendre compte des réalisations de la politique sportive de la ville de Marseille.

  • de participer au développement de la connaissance, dans le domaine du Sport, à travers l’accueil d’un rendez-vous national ou international annuel. Comprendre le sport aujourd’hui pour mieux préparer son avenir. Echanger sur les dimensions sociales et les différents rôles du Sport feront de Marseille le point focal de réflexions d’Experts du Sport.

  • de contribuer au rayonnement international de notre Ville en initiant des partenariats d’échanges avec d’autres collectivités nationales et/ou internationales.

Les échanges culturels font aujourd’hui parties du quotidien des villes, des régions, des pays… Les échanges au travers d’événements sportifs entre deux villes, doivent également permettre d’enrichir notre connaissance, de partager de l’expérience et de nous offrir un autre regard sur notre problématique sportive.

Le sport est de dimension planétaire, regardons aussi ailleurs. Les villes jumelées avec Marseille sont la base de ces échanges sportifs, mais les opportunités existent avec d’autres agglomérations. L’union de la méditerranée en marche doit aussi se construire en partageant de

« l’émotion sportive ».

  1. De développer le sport pour tous

    Ville, qu’ils soient :

    • En proposant de répondre aux attentes sportives de tous les résidants de notre

    • des personnes en situation de handicap

    • des seniors déjà retraités ou en passe de l’être

    • des enfants dans le cadre scolaire ou auprès de leur famille

    • des étudiants en complément de leur formation universitaire

    • des familles éloignées des pratiques sportives traditionnelles

    • des adultes en activités professionnelles etc….

      De nombreuses associations, clubs sportifs ou de loisirs, participent déjà au

      développement du sport pour tous. Il nous faut valoriser ces actions, mais aussi inciter à l’innovation, au développement de ces activités orientées sport détente, loisir et bien-être.

      Un appel à projets sera réalisé chaque année et permettra l’accompagnement des associations sur la thématique sportive de loisirs, en direction d’un public spécifique. Les associations marseillaises sont créatives, organisées, avec un encadrement compétent, elles seront au coeur de cette orientation.

      En complément, la Ville de Marseille développera l’accessibilité de certaines de ses installations sportives, sur des horaires plus adaptés pour ceux qui, dans le cadre de leur activité professionnelle, ont des horaires contraignants et souhaitent quand même pouvoir exercer une activité sportive librement, sans obligation d’adhérer à un club ou de prendre une licence sportive.

      • En favorisant les initiations de nouveaux pratiquants et/ou de nouvelles disciplines.

        Depuis neuf ans, chaque été sur les plages, la Ville de Marseille accueille plus de 22 000 personnes dans le cadre de l’animation des plages. Cela permet à des adultes, mais surtout à des enfants, pour une somme symbolique, de découvrir de nouvelles activités sportives comme le foot volley, le tennis ballon, ou de s’initier à des activités sportives inscrites dans le paysage sportif comme le BMX ou l’escalade.

        Dans le cadre d’appels à projets annuels auprès d’associations, de clubs sportifs, ou de fédérations sportives, des initiations et des découvertes seront organisées sur une partie de nos installations sportives, le soir ou le week-end et /ou pendant les vacances scolaires.

  2. De faire savoir :

      • En communiquant plus intensément et plus efficacement sur nos actions et nos

        réalisations.

        Pour répondre à cet objectif, qui demande des compétences spécifiques et une disponibilité variable en fonction de l’intensité de la période événementielle, il nous faut mettre en oeuvre des moyens humains et techniques correspondants pour contrôler, installer et pour valoriser la présence de la Ville de Marseille sur les événements.

        En amont de notre communication, il nous faut contractualiser clairement et précisément nos partenariats avec les organisateurs associatifs ou professionnels des événements sportifs, afin que l’engagement de la Ville de Marseille soit visible par tous.

        De plus, nos installations sportives doivent impérativement comporter, de façon distincte, l’appartenance à la Ville de Marseille.

      • En rendant compte de l’utilisation des dépenses d’investissement et de fonctionnement consacrées à la politique sportive pour les Marseillaises et les Marseillais. La pratique sportive, donc les associations, les événements, les équipements, etc…. fait partie de la qualité de vie des Marseillaises et des Marseillais. A ce titre, une part de nos impôts est consacrée à la politique sportive. Chaque citoyen de notre ville doit pouvoir connaître la part qui est utilisée en faveur du sport :

    • à la fin de chaque année civile, un compte rendu chiffré sera mis en ligne sur le site internet de la ville de Marseille. Ce compte rendu portera à la fois sur l’attribution des subventions, mais également sur les travaux réalisés sur les équipements et sur la création de nouveaux aménagements sportifs. La participation de chaque financeur aux travaux et créations sera mise en évidence.

    • chaque club, association, fédération, en tant qu’utilisateurs d’équipements sportifs, ponctuellement ou de façon régulière, recevra un état chiffré de ses utilisations de façon à les mettre en valeur dans son bilan annuel. Ces informations pourront ainsi apparaître comme « avantages en nature » dans les rapports moraux ou financiers des Assemblées Générales annuelles. Les adhérents de chaque club seront donc directement informés de la participation effective de la Ville de Marseille au développement de leur activité.

  3. Repositionner notre offre de services, d’équipements et d’infrastructures.

    Pour cela, il nous faut revitaliser l’offre d’équipements et d’infrastructures sportives nécessaires aux 1 500 clubs et aux 220 000 pratiquants, des enfants aux seniors, dans les écoles, les clubs ou dans la pratique individuelle, amicale ou familiale, en prenant pour référence les pratiquants et les modes de pratique, qu’ils soient issus de la compétition, ou orientés sur la détente, le loisir ou le bien-être.

    • Intensifier la mise aux normes des équipements et des infrastructures :

      • accessibilité des personnes en situation de handicap.

      • sécurité des personnes et des biens.

      • développement durable, haute qualité environnementale.

        La volonté politique est claire : nous souhaitons aller au-delà de la simple et seule obligation légale en matière de mise aux normes en partenariat, s’ils le souhaitent, avec l’Etat notamment la Direction Régionale Jeunesse et Sports, avec les fédérations, les associations, les clubs utilisateurs d’équipements, ainsi que le Conseil Général des Bouche du Rhône, le Conseil Régional Provence-Alpes- Côte d’Azur, la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole.

        Pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, les travaux de rénovation et les projets de création intègrent systématiquement cette nécessité absolue.

        La sécurité des biens et des personnes est également une priorité. Les diverses dégradations nous coûtent aujourd’hui 2 millions d’Euros par an. Des projets d’actions de prévention sont à l’étude en partenariat avec différentes fédérations.

        En complément de la conscience professionnelle et des actions concrètes de la plupart des agents municipaux en charge des équipements sportifs, les contrôles d’accès de certains équipements seront renforcés.

        Outre nos piscines qui sont déjà équipées de défibrillateurs cardiaques, la planification pour l’installation de ce type d’appareils est à l’étude pour les équipements et infrastructures sportives oí¹ le contrôle régulier de ces appareils est possible.

        Dans la création de nouveaux équipements, comme dans la rénovation, la recherche de solutions s’inscrivant dans les notions de développement durable est primordiale. Un groupe de travail est déjà constitué au sein de la Direction des sports. Il est chargé, entre autres, d’apporter les solutions techniques adaptées à cet objectif.

    • Programmer et mettre en oeuvre une planification pluriannuelle de réaménagement et de revitalisation des équipements et infrastructures afin de proposer une offre renouvelée plus jeune, plus adaptée et plus ouverte :

      • Schéma directeur des piscines

      • Plan gymnases

      • Programmation stades (athlétisme, football, rugby)

      • Réaménagement des jeux de Boules

    Notre Ville est riche de près de 1 000 équipements permettant la pratique sportive,

    avec entre autres :

    • 22 piscines

    • 71 stades

    • 90 courts de tennis

    • 118 gymnases

    • 221 jeux de boules

    • 225 plateaux sportifs de proximité auxquels il faut rajouter :

    • Le Palais de la Glisse et de la Glace

    • Le stade Vélodrome

    • Le Palais des Sports à Dromel

    • Le Dojo à Bougainville

    • Le vélodrome aux Olives

    • Le Centre équestre à Pastré

    • Le Stand de Tir aux Trois Lucs

    • Le Bowl sur les plages du Prado

    • Le fronton de pelote basque à Luminy

    • Le pas de tir à l’arc à Saint Menet Etc…

      L’entretien, la mise à niveau, les réparations dues aux dégradations, le remplacement du matériel volé, demandent de gros efforts financiers à notre collectivité.

      Un audit concernant toutes les réparations et aménagements d’usage sera effectué sur chacun de nos équipements.

      De plus, certains équipements sont vieillissants et les pratiques ayant évolué, il nous faut donc adapter notre offre, au service des Marseillaises et des Marseillais.

      Nous allons donc mettre en oeuvre :

      • Un schéma directeur des piscines qui prendra en compte :

    • ceux qui souhaitent, en club ou librement, pratiquer la natation sportive, comme ceux qui préfèrent la baignade orientée détente bien-être et loisirs, mais également les enfants des écoles,

    • la nécessité d’équipements positionnés sur l’ensemble du territoire municipal, sachant que chaque quartier ne pourra pas avoir sa piscine, soit des bassins de proximité destinés principalement aux pratiques éducatives et sportives,

    • des pôles aquatiques permettant de répondre aux attentes sportives et à celles de bien-être et de loisirs.

    • un grand stade nautique ouvert à tous mais aussi dédié au haut niveau et à l’accueil d’évènements nationaux et internationaux.

      • Un plan gymnases :

        Beaucoup de pratiquants et de pratiques différentes sont sur trop peu d’espaces.

        Voilà résumée la situation des sports en salle. Il nous faut intensifier la réhabilitation des quelques gymnases fermés depuis trop longtemps. Pour ceux dont la démolition est inévitable leur reconstruction est à repenser avec les fédérations et les clubs des disciplines pratiquées.

        Nous avons la nécessité d’orienter certains équipements vers certains sports en fonction de leur configuration.

        Compte tenu des projets de développement vers le haut niveau, notamment le basket, le hand-ball, le volley-ball, il y a nécessité à créer une salle permettant l’accueil d’équipes évoluant au niveau national et international (normes internationales 4 000 places en tribunes). Cet équipement permettrait d’accueillir la plupart des matches de championnat. Les matches de gala susceptibles de réunir beaucoup plus de spectateurs pourraient se tenir au Palais des Sports qui, compte tenu de son attrait, ne peut recevoir d’équipes ou de disciplines résidents. De plus, l’escrime et la gymnastique rythmique pourraient également évoluer, en compétition, dans cette salle omnisports.

      • Une programmation stades :

        Les pratiques évoluent, les normes aussi, nous devons adapter nos équipements

        sportifs :

    • avec le concours des fédérations françaises de football et de rugby nous allons intensifier l’installation de pelouses synthétiques. Ce matériau correspond bien aux attentes des pratiquants quel que soit leur niveau d’évolution. La programmation de ces travaux sera prioritairement orientée vers les stades homologables .

    • l’accessibilité, la mise aux normes des vestiaires, la création de locaux pour l’entreposage du matériel des clubs et l’aménagement de lieux de convivialité sont à prendre en compte.

    • Aujourd’hui, il y a nécessité à dédier certains sites à certaines activités sportives (ex : football américain, base-ball, hockey sur gazon…).

    • Un réaménagement des jeux de boules :

      221 jeux de boules dans notre ville. Certains d’entre eux nécessitent l’aménagement de lieux de convivialité et de lieux d’hygiène. Déjà initiées, ces reconfigurations doivent être accélérées.

    • Aménager notre territoire urbain en planifiant la création de nouveaux équipements sportifs pertinents et équitablement répartis dans notre Ville.

    Malgré un patrimoine d’environ 1 000 équipements, notre offre doit en permanence évoluer, parce que les pratiques et les normes évoluent. Les attentes des pratiquants sont diversifiées. Aujourd’hui, chacun pratique là oí¹ il le veut et surtout dans les parcs et jardins publics.

    Le beach volley et le beach soccer ont émergé il y a peu, même si dans notre ville le tournoi des Catalans existe depuis 59 ans. Des événements de niveau international montrent chaque année l’intérêt du public pour ces disciplines. De plus, le beach volley est aujourd’hui sport olympique. Marseille doit continuer de jouer la carte des sports beach. Une Académie des sports beach pourra être réalisée sur les terrains dits du Parc de Séon (situés à proximité et en dessous du centre commercial Grand Littoral).

    En complément de cette infrastructure dédiée aux sports beach une partie du site sera orientée vers les sports street (rollers, skate, BMX).

    Le nombre et le niveau des pratiquants de sports de combats, pieds et poings, nécessitent, en complément du site historique de la salle Vallier, un équipement dédié.

    Près de 6 000 joueurs de boules possédant une licence auxquels s’ajoutent tous ceux qui pratiquent ce sport en dehors d’un club. Marseille est donc la capitale mondiale de la pétanque. Un boulodrome couvert est nécessaire pour l’organisation de compétitions hivernales.

    La plaine sportive de Luminy accueille les entraînements et les compétitions d’athlétisme. Le nouveau stade Delort plus central et qui verra le jour en avril 2009 pourra, en complément de l’athlétisme, également recevoir des rencontres de football et de rugby. Tout comme le stade de Saint Louis qui sera réalisé sur le site du terrain de sport de la Générale Sucrière en cours d’acquisition par la ville de Marseille ou celui de la Jarre, ou encore celui de la future plaine sportive de la Capelette.

    Le cyclisme occupe une part importante dans la pratique sportive au sein ou à côté des clubs de notre ville. Les alentours de Marseille sont propices à la pratique cycliste. En plus de la superbe piste du vélodrome des Olives, nouvellement réaménagée, un site dédié au cyclisme a toute sa place. Il s’agit d’un lieu de rencontres et d’échanges destiné à tous les sports sur deux roues (VTT, route, BMX…).

    La grande famille du tennis à Marseille et malgré les faveurs de la météo locale, a besoin, pour son développement, de courts pouvant être praticables par tous temps. La création de 3 halles, soit 12 courts, participe de l’attractivité de ce sport dans notre ville.

    Mais au-delà de la pratique sportive organisée, aujourd’hui le sport se pratique en toute liberté. Le sport détente, loisirs, bien-être se pratique à tout âge, seul ou entre amis, en famille et en tout lieu. Il est donc naturel que la Ville de Marseille puisse offrir à ses concitoyens des lieux ouverts à tous, accessibles, destinés à accueillir le plus grand nombre, avec le moins de contraintes possibles.

  4. Les campus des sports et des loisirs.

Notre objectif est d’en organiser et/ou d’en créer trois sur la Ville de Marseille.

  • un au Sud de Marseille

    Il existe déjà en partie, il se situe dans le périmètre composé par les plages du Prado, le parc Borely, le parc Pastré. Il convient de l’enrichir d’espaces destinés à la pratique d’activités sportives. terrains de beach volley et de beach soccer, de basket, de volley ball, de jeux de boule et d’escalade in blocs, en complément des espaces d’évolution existants oí¹ se pratiquent déjà le jogging, le roller en ligne, le vélo, ainsi que les sports de glisse urbaine au bowl du Prado.

  • un à l’Est de Marseille.

    Plusieurs possibilités existent, dans ces quartiers en plein développement. Une étude prenant en compte le présent, mais surtout l’avenir en termes d’aménagement urbain, déterminera le meilleur site d’implantation. Les noyaux villageois, les nouvelles résidences et l’accessibilité seront des critères privilégiés.

  • un au Nord de Marseille.

Autour du Parc Athéna, au coeur du Pôle technologique de Château Gombert. En complément des équipements existants ou de ceux en cours de réalisation, des terrains d’accès libres pour la pratique du football, du foot volley, du tennis ballon, du handball et du basket seront créés, ainsi qu’une zone réservée aux sports Beach.

Les campus des sports et des loisirs s’inscrivent dans une dynamique permettant à chacun de pouvoir, en toute liberté et sans contrainte, pratiquer une activité sportive, hors du champ traditionnel de la compétition. Nous sommes dans le registre du sport détente, du sport loisir, du sport bien-être. Ces aménagements s’inscrivent également dans la politique de développement durable de la ville de Marseille et, bien évidemment, dans le cadre d’une plus-value de la qualité de vie des résidents des quartiers à proximité desquels ils se situent.

Au-delà des pratiques et des pratiquants, notre politique événementielle doit proposer, en complément du Palais des Sports, aux Marseillaises et aux Marseillais, un équipement dédié aux grands événements, qu’ils soient sportifs ou culturels. Une infrastructure permettant d’accueillir des matches de coupe Davis, des finales de niveau européen de sports collectifs, des spectacles sportifs, mais également des spectacles culturels.

Un équipement de type Palais Omnisports de Paris Bercy d’une capacité d’accueil de

12 000 à 15 000 spectateurs positionné sur le site d’Euroméditerranée serait un pôle événementiel structurant pour notre Ville.

  1. Nos moyens

    Pour mener à bien tous ces objectifs et ces actions qui vont se décliner dans le temps et dans l’espace les moyens nécessaires sont les suivants :

    • humains en renforçant les équipes techniques, administratives et sportives de la Direction des Sports complétées par le recours à des compétences externes,

    • financiers :

    • ceux du budget général de la Ville de Marseille, contenu dans les budgets de différentes délégations : sport, éducation, insertion, prévention de la délinquance, jeunesse, etc…

    • ceux des autres institutions (Communauté Urbaine, Conseil Général, Conseil Régional, Etat, Europe) souhaitant accompagner les investissements municipaux.

    • ceux des Fédérations Sportives développant une politique volontariste en investissements. Partenariat spécifiques (ex : football et rugby pour les revêtements synthétiques).

    • ceux issus des dispositions législatives permettant des formes innovantes de Partenariats entre le secteur public et le secteur privé (PPP. Fondations , concessions, sponsoring etc…).

    • ceux des investisseurs privés, dont la stratégie de développement intègre la réalisation et la gestion de projets comprenant des équipements sportifs.

      Le Conseil Municipal sera appelé à se prononcer dans le cadre des programmations budgétaires sur les opérations, le lancement des procédures et les financements correspondants.

  2. Evaluation

  • Évaluer pour suivre et poursuivre toute mise en oeuvre d’une politique.

  • Évaluer pour comprendre, ré-orienter, valider, informer et rendre compte. La création d’indicateurs objectifs et fiables nous permettra d’évaluer :

  • la pertinence des réponses apportées aux attentes des pratiquants.

  • la qualité des services et des prestations rendues aux Marseillaises et aux Marseillais.

  • le rapport investissement/fonctionnement/utilisateurs.

  • l’utilité et l’efficacité sociales des équipements sportifs.

  • l’impact des manifestations et événements sportifs. Ces indicateurs seront formalisés à partir de :

  • tableaux de bord.

  • rapports d’activités.

  • audits et études ponctuels

Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUí LE RAPPORT CI-DESSUS

DELIBERE

ARTICLE 1 Sont approuvées les orientations générales exposées ci-dessus pour la politique sportive de Marseille.

ARTICLE 2 Sont approuvés le principe d’affectation des moyens et des budgets nécessaires à la mise en oeuvre de cette politique.

Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

MONSIEUR L'ADJOINT DÉLÉGUÉ AU SPORT, AUX EQUIPEMENTS SPORTIFS ET AU DÉVELOPPEMENT DU SPORT POUR TOUS

Signé : Richard MIRON

Le Conseiller rapporteur de la Commission SOLIDARITE ET SERVICES A LA POPULATION demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

Cette proposition mise aux voix est adoptée.

Certifié conforme

LE MAIRE DE MARSEILLE

SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

Jean-Claude GAUDIN