D02R9-00/1261/EUGE

VILLE DE

MARSEILLE

REPUBLIQUE FRANCAISE

DEPARTEMENT DES

BOUCHES-DU-RHONE

EXTRAIT DES REGISTRES DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 27 Novembre 2000

PRESIDENCE DE MONSIEUR Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Sénateur des Bouches-du-Rhône. L’Assemblée formée, Monsieur le Maire a ouvert la séance à laquelle ont été présents membres.

00/1261/EUGE

DIRECTION GENERALE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE – DIRECTION ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET RECHERCHE – DIRECTION EUROMEDITERRANEE – DIRECTION GENERALE DES

AFFAIRES CULTURELLES – Installation à Marseille de l'antenne méditerranéenne de l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles – Approbation de la convention de partenariat avec l'ENSP.

00-3573-DGDE

– o –

Monsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur le Premier Adjoint délégué à l'Economie, à l'Emploi, à la Formation Professionnelle, aux Zones d'Activités, aux Technopôles et à Euroméditerranée, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage,(E.N.S.P) établissement public national à caractère administratif sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, ayant son siège sur le site du Potager du Roy dans le Parc du Château de Versailles, accomplit une triple mission de formation de paysagistes DPLG (actuellement l’école recrute sur concours à Bac + 2 pour 4 années d’études), de création d’un véritable pôle national du paysage (répondant ainsi aux demandes des pouvoirs publics en matière de conseil, de conception et de mise en oeuvre d’une politique de paysage) et de gestion, conservation et valorisation du site historique exceptionnel qu’est le Potager du Roy à Versailles.

L’organisation pédagogique et scientifique adoptée par l’ENSP lui a donné une reconnaissance certaine du milieu professionnel et lui a permis d’obtenir un réel rayonnement international.

Au volet formation (formation initiale et continue de paysagiste DPLG ; formation pour les maîtres d’ouvrage) s’ajoute une activité de recherche (évaluation de l’impact des projets de paysage, de leur dynamique d’élaboration et des facteurs humains et matériels qui y oeuvre).

L’exercice de ces missions par l’ENSP (pôle national du paysage, enseignement, recherche, conseil des pouvoirs publics) ne saurait être rempli sans le développement de compétence forte sur le paysage méditerranéen.

En effet, les particularités de ce paysage méditerranéen, son importance en France et en Europe, le caractère crucial des problèmes urbains et périurbains qui se posent actuellement dans les régions méditerranéennes, les liens forts déjà noués par l’ENSP sur les deux rives de la Méditerranée ont naturellement conduit l’école à souhaiter s’y implanter de manière permanente.

Ainsi, la nécessité d’une implantation méditerranéenne pour l’ENSP est reconnue depuis longtemps par le corps enseignant de l’école qui a elle-même par délibération de son Conseil d’Administration du 25 novembre 1997, décidé de la création d’un réseau d’écoles du patrimoine et d’étudier favorablement la création d’une antenne à Marseille dont le choix, parmi l’ensemble des lieux envisagés, s’est rapidement imposé compte tenu de la qualité des liens professionnels et universitaires déjà établis par l’école dans la région PACA, par la variété des thèmes possibles et l’importance de certains tels que les sujets périurbains.

Par délibération du 18 juillet 2000, rappelant son engagement quant à la montée en puissance de cette antenne, le Conseil d’Administration a approuvé les orientations de son développement.

C’est en effet depuis 1993 que les ateliers de l’ENSP sont installés à Marseille, en collaboration avec l’Université de Provence, pour des cycles formation initiale et continue, des projets de paysage sur des sujets relatifs au paysage méditerranéen.

L’antenne pédagogique de Marseille a ainsi conduit un nombre important d’actions avec différents partenaires (AGAM, GPU, PAM, EPAEM, CAUE…) en même temps que le Conseil d’Administration de l’école a conduit son développement par l’accueil de groupes d’élèves pour de courtes durées puis avec l’accueil de promotions complètes pour des durées plus longues allant jusqu’à un semestre et enfin l’accomplissement à Marseille de la totalité du 3ème cycle soit les 3ème et 4ème années de scolarité selon les options choisies.

Le programme des années scolaires 2000-2001 et 2001-2002 traduit une densification significative de la présence de l’école à Marseille :

  • allongement important du séjour de la 3ème année qui passe de 10 à 16 semaines,

  • accueil d’un nombre important d’élèves de 4ème année pour toute l’année scolaire avec participation à des ateliers pédagogiques régionaux,

  • création en 2001 de l’option « 3ème cycle méditerranée » permettant aux élèves d’accomplir la totalité de leur 3ème et 4ème année dans le cadre de l’antenne,

  • renforcement des ateliers pédagogiques régionaux et des actions de formation

    continue.

    Au delà, le Contrat de Plan Etat-Région comprend le principe de la relocalisation des écoles d’Architecture de Luminy et des Beaux-Arts de Marseille avec la création d’un établissement de l’ENSP spécialisé sur les paysages méditerranéens.

    Les moyens nécessaires à l’installation de l’antenne méditerranéenne de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Marseille pour les 2 années à venir peuvent être ainsi détaillés :

  • L’ENSP qui supporte les frais de fonctionnement et de personnel (enseignants et non enseignants) doit porter l’effectif enseignant de 3 à 4 et créer 3 postes non enseignants (responsable administratif, secrétariat, documentation).

  • Les partenaires de l’ENSP prennent en charge les investissements mobiliers et immobiliers nécessaires.

  • Il est proposé que pour sa part, la Ville de Marseille assure la mise à disposition des locaux nécessaires aux cycles d’enseignement pour les années scolaires 2000-2001 et 2001-2002.

  • Dès le mois de septembre 2000, l’antenne a pu s’installer, comme pour le 2ème trimestre 2000, dans des locaux des Friches de la Belle de Mai, bâtiment E îlot 1 pour 337 m2, d’autres locaux étant proposés à l’ENSP à la rentrée 2001.

  • D’autre part et comme le font l’Etablissement Public Euroméditerranée, le Conseil Général et le Conseil Régional, la Ville de Marseille participera à la réalisation d’un atelier pédagogique régional pour un coût de 250 KF TTC selon le projet de convention ci-joint.

    Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

    VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUI LE RAPPORT CI-DESSUS

    DELIBERE

    ARTICLE 1 Est approuvé le principe de l’installation à Marseille de l’antenne méditerranéenne de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.

    ARTICLE 2 Est approuvée la convention de partenariat sur un atelier pédagogique régional à réaliser au bénéfice de la Ville de Marseille pour un coût de 250 KF TTC. Les crédits de paiement correspondants seront inscrits sur le Budget Primitif 2001.

    ARTICLE 3 Monsieur le Maire ou son représentant est autorisé à signer la convention de partenariat.

    Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

    MONSIEUR LE PREMIER ADJOINT DÉLÉGUÉ À L'ECONOMIE, À L'EMPLOI, À LA FORMATION PROFESSIONNELLE, AUX ZONES D'ACTIVITÉS, AUX TECHNOPí”LES ET À EUROMÉDITERRANÉE

    Signé : Renaud MUSELIER

    Le Conseiller rapporteur de la Commission ECONOMIE, URBANISME ET GRANDS EQUIPEMENTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

    Cette proposition mise aux voix est adoptée.

    Certifié conforme

    LE MAIRE DE MARSEILLE SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

    Jean-Claude GAUDINMonsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur le Premier Adjoint délégué à l'Economie, à l'Emploi, à la Formation Professionnelle, aux Zones d'Activités, aux Technopôles et à Euroméditerranée, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

    L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage,(E.N.S.P) établissement public national à caractère administratif sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, ayant son siège sur le site du Potager du Roy dans le Parc du Château de Versailles, accomplit une triple mission de formation de paysagistes DPLG (actuellement l’école recrute sur concours à Bac + 2 pour 4 années d’études), de création d’un véritable pôle national du paysage (répondant ainsi aux demandes des pouvoirs publics en matière de conseil, de conception et de mise en oeuvre d’une politique de paysage) et de gestion, conservation et valorisation du site historique exceptionnel qu’est le Potager du Roy à Versailles.

    L’organisation pédagogique et scientifique adoptée par l’ENSP lui a donné une reconnaissance certaine du milieu professionnel et lui a permis d’obtenir un réel rayonnement international.

    Au volet formation (formation initiale et continue de paysagiste DPLG ; formation pour les maîtres d’ouvrage) s’ajoute une activité de recherche (évaluation de l’impact des projets de paysage, de leur dynamique d’élaboration et des facteurs humains et matériels qui y oeuvre).

    L’exercice de ces missions par l’ENSP (pôle national du paysage, enseignement, recherche, conseil des pouvoirs publics) ne saurait être rempli sans le développement de compétence forte sur le paysage méditerranéen.

    En effet, les particularités de ce paysage méditerranéen, son importance en France et en Europe, le caractère crucial des problèmes urbains et périurbains qui se posent actuellement dans les régions méditerranéennes, les liens forts déjà noués par l’ENSP sur les deux rives de la Méditerranée ont naturellement conduit l’école à souhaiter s’y implanter de manière permanente.

    Ainsi, la nécessité d’une implantation méditerranéenne pour l’ENSP est reconnue depuis longtemps par le corps enseignant de l’école qui a elle-même par délibération de son Conseil d’Administration du 25 novembre 1997, décidé de la création d’un réseau d’écoles du patrimoine et d’étudier favorablement la création d’une antenne à Marseille dont le choix, parmi l’ensemble des lieux envisagés, s’est rapidement imposé compte tenu de la qualité des liens professionnels et universitaires déjà établis par l’école dans la région PACA, par la variété des thèmes possibles et l’importance de certains tels que les sujets périurbains.

    Par délibération du 18 juillet 2000, rappelant son engagement quant à la montée en puissance de cette antenne, le Conseil d’Administration a approuvé les orientations de son développement.

    C’est en effet depuis 1993 que les ateliers de l’ENSP sont installés à Marseille, en collaboration avec l’Université de Provence, pour des cycles formation initiale et continue, des projets de paysage sur des sujets relatifs au paysage méditerranéen.

    L’antenne pédagogique de Marseille a ainsi conduit un nombre important d’actions avec différents partenaires (AGAM, GPU, PAM, EPAEM, CAUE…) en même temps que le Conseil d’Administration de l’école a conduit son développement par l’accueil de groupes d’élèves pour de courtes durées puis avec l’accueil de promotions complètes pour des durées plus longues allant jusqu’à un semestre et enfin l’accomplissement à Marseille de la totalité du 3ème cycle soit les 3ème et 4ème années de scolarité selon les options choisies.

    Le programme des années scolaires 2000-2001 et 2001-2002 traduit une densification significative de la présence de l’école à Marseille :

  • allongement important du séjour de la 3ème année qui passe de 10 à 16 semaines,

  • accueil d’un nombre important d’élèves de 4ème année pour toute l’année scolaire avec participation à des ateliers pédagogiques régionaux,

  • création en 2001 de l’option « 3ème cycle méditerranée » permettant aux élèves d’accomplir la totalité de leur 3ème et 4ème année dans le cadre de l’antenne,

  • renforcement des ateliers pédagogiques régionaux et des actions de formation

    continue.

    Au delà, le Contrat de Plan Etat-Région comprend le principe de la relocalisation des écoles d’Architecture de Luminy et des Beaux-Arts de Marseille avec la création d’un établissement de l’ENSP spécialisé sur les paysages méditerranéens.

    Les moyens nécessaires à l’installation de l’antenne méditerranéenne de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Marseille pour les 2 années à venir peuvent être ainsi détaillés :

  • L’ENSP qui supporte les frais de fonctionnement et de personnel (enseignants et non enseignants) doit porter l’effectif enseignant de 3 à 4 et créer 3 postes non enseignants (responsable administratif, secrétariat, documentation).

  • Les partenaires de l’ENSP prennent en charge les investissements mobiliers et immobiliers nécessaires.

  • Il est proposé que pour sa part, la Ville de Marseille assure la mise à disposition des locaux nécessaires aux cycles d’enseignement pour les années scolaires 2000-2001 et 2001-2002.

  • Dès le mois de septembre 2000, l’antenne a pu s’installer, comme pour le 2ème trimestre 2000, dans des locaux des Friches de la Belle de Mai, bâtiment E îlot 1 pour 337 m2, d’autres locaux étant proposés à l’ENSP à la rentrée 2001.

  • D’autre part et comme le font l’Etablissement Public Euroméditerranée, le Conseil Général et le Conseil Régional, la Ville de Marseille participera à la réalisation d’un atelier pédagogique régional pour un coût de 250 KF TTC selon le projet de convention ci-joint.

Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUI LE RAPPORT CI-DESSUS

DELIBERE

ARTICLE 1 Est approuvé le principe de l’installation à Marseille de l’antenne méditerranéenne de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.

ARTICLE 2 Est approuvée la convention de partenariat sur un atelier pédagogique régional à réaliser au bénéfice de la Ville de Marseille pour un coût de 250 KF TTC. Les crédits de paiement correspondants seront inscrits sur le Budget Primitif 2001.

ARTICLE 3 Monsieur le Maire ou son représentant est autorisé à signer la convention de partenariat.

Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

MONSIEUR LE PREMIER ADJOINT DÉLÉGUÉ À L'ECONOMIE, À L'EMPLOI, À LA FORMATION PROFESSIONNELLE, AUX ZONES D'ACTIVITÉS, AUX TECHNOPí”LES ET À EUROMÉDITERRANÉE

Signé : Renaud MUSELIER

Le Conseiller rapporteur de la Commission ECONOMIE, URBANISME ET GRANDS EQUIPEMENTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

Cette proposition mise aux voix est adoptée.

Certifié conforme

LE MAIRE DE MARSEILLE

SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

Jean-Claude GAUDIN