D02G0-00/0845/EUGE

VILLE DE

MARSEILLE

REPUBLIQUE FRANCAISE

DEPARTEMENT DES

BOUCHES-DU-RHONE

EXTRAIT DES REGISTRES DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 17 Juillet 2000

PRESIDENCE DE MONSIEUR Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Sénateur des Bouches-du-Rhône. L’Assemblée formée, Monsieur le Maire a ouvert la séance à laquelle ont été présents 84 membres.

00/0845/EUGE

SECRETARIAT GENERAL – MISSION DES PROGRAMMES PRIVES ET EUROPEENS – Projet Trans-

Form, Réseau Trans-Urban "démultiplication pédagogique pour les formations professionnelles aux nouveaux métiers de la Ville – Projet Léonardo n° F/99/1/064204/PI/III.3.a/CONT.

00-3168-MIPPE

– o –

Monsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur le Premier Adjoint délégué à l'Economie, à l'Emploi, à la Formation Professionnelle, aux Zones d'Activités, aux Technopôles et à Euroméditerranée, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

Le projet Trans-Form s’inscrit dans le cadre d’un projet de démultiplication du projet Trans-Urban « Réseau de formations professionnelles aux nouveaux métiers de la ville », programme Léonardo da Vinci 96-98. Trans-Urban a permis de construire des outils et des méthodes préparatoires à la mise en place d’une offre européenne de formation aux nouveaux métiers de la ville. Ce réseau doit maintenant veiller à la diffusion et au transfert des méthodes, produits et résultats obtenus et s’ouvrir à d’autres partenaires et d’autres publics cibles.

Le projet Trans-Form est un projet de démultiplication qui a pour but l’amélioration des perspectives d’emploi, par l’adaptation des méthodes et des contenus de la formation professionnelle, à l’évolution des métiers et à l’ensemble des mutations, qu’elles soient socio-économiques, technologiques ou culturelles.

Il permet de tester, transférer et valider un ensemble de méthodes, de pratiques et de produits nouveaux, issus de Trans-Urban, et de viser au développement d’approches innovantes dans le domaine de la qualité de la formation.

Il s’adresse à deux nouveaux groupes cibles directs : deux nouvelles villes partenaires (Varna en Bulgarie et Aveiro au Portugal) et un réseau élargi de formateurs européens (20 par pays, soit 120). Les formateurs recouvrent deux catégories d’acteurs :

  • les universitaires et les formateurs issus de la formation continue,

  • les professionnels de la ville et du développement local, qui interviennent dans les dispositifs de formation.

    Ils sont originaires des institutions partenaires, mais ils ouvrent également le réseau à de nouvelles institutions : autres universités, écoles supérieures, centres de formation, en particulier les Centres Nationaux de Formation des Personnels Territoriaux, ainsi qu’à des représentants des Pouvoirs Publics, du monde associatif et des organismes spécialisés.

    Leur repérage s’appuie sur les résultats du projet antérieur (bilans des formations locales, réseau de relation des métiers de la ville…). Les bénéficiaires finaux restent les professionnels de la ville, titulaires de ces nouveaux emplois, qui pourront bénéficier du dispositif de formation professionnelle conçu par le réseau Trans-Urban.

    Pour cela, le Projet s’appuie sur un réseau de 13 partenaires : 6 municipalités européennes et 7 Universités ou organismes de formation professionnelle. Il s’agit des villes de Marseille (France), de Gênes (Italie), de Patras (Grèce), de Séville (Espagne) déjà impliquées dans Trans-Urban, auxquelles s’ajoutent les villes d’Aveiro (Portugal) et de Varna (Bulgarie). Elles associent des Universités et des organismes locaux de formation.

    Ainsi, chaque ville est couplée à une université. La complémentarité du partenariat s’établit sur la base d’un binôme « praticien-méthodologue », « ville-universités ». Elle s’appuie aussi sur une pluralité d’expériences, de contextes et de champs disciplinaires.

    Plus précisément, le projet fonctionne en réseau entre les partenaires, constitués en équipes locales chargées de réaliser les travaux produits localement. Chacune organisera, en particulier, un atelier local « Nouvelles pédagogies de la ville » et chacune participera à l’adaptation, des méthodes, produits et résultats des projets antérieurs, à leurs diffusions et leurs transferts et à leur valorisation sous la forme de nouveaux produits mieux appropriés (conception de méthodes et contenus pédagogiques innovants).

    Elles seront assistées, pour l’action de transfert, d’une équipe transnationale de transfert (notamment Commission-animation des ateliers locaux). Elles pourront échanger, communiquer leurs expériences et savoir-faire, capitaliser les résultats obtenus et produire collectivement lors des expériences et savoir-faire, capitaliser les résultats obtenus et produire collectivement lors des rencontres transnationales. Elles bénéficient d’un système permanent d’échange, via le réseau Internet.

    L’ensemble du dispositif est chapeauté par le coordonnateur, garant de la bonne exécution du projet, chargé de sa gestion technique et financière et rédacteur final des productions collectives.

    En ce qui concerne la Ville de Marseille, sa participation consistera essentiellement en un appui logistique de la démarche locale, assuré par la Mission des Programmes Privés et Européens (MIPPE), ainsi qu’à une intervention de la Direction Générale du Personnel de la Ville de Marseille dans le cadre d’échanges d’expériences avec les autres villes et universités du réseau.

    Ces prestations sont estimées aujourd’hui à 3 800 euros mais seront effectuées en nature par une mobilisation de ressources de personnels.

    Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

    VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUI LE RAPPORT CI-DESSUS

    DELIBERE

    ARTICLE 1 Est décidée la participation de la Ville de Marseille au projet Trans-Form dans le cadre du programme européen Léonardo da Vinci qui fait l’objet d’une convention de subvention n° F/99/1/064204/PI/III.3.a/CONT entre la Commission Européenne et le Collège Coopératif.

    ARTICLE 2 Est approuvée la convention entre la Ville de Marseille et le Collège Coopératif permettant l’intervention de la Mission des Programmes Privés et Européens et la Direction Générale du Personnel dans le cadre d’échanges d’expériences.

    ARTICLE 3 Monsieur le Maire ou son représentant est autorisé à signer tout acte relatif à ce programme européen.

    Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

    MONSIEUR LE PREMIER ADJOINT DÉLÉGUÉ À L'ECONOMIE, À L'EMPLOI, À LA FORMATION PROFESSIONNELLE, AUX ZONES D'ACTIVITÉS, AUX TECHNOPí”LES ET À EUROMÉDITERRANÉE

    Signé : Renaud MUSELIER

    Le Conseiller rapporteur de la Commission ECONOMIE, URBANISME ET GRANDS EQUIPEMENTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

    Cette proposition mise aux voix est adoptée.

    Certifié conforme

    LE MAIRE DE MARSEILLE SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

    Jean-Claude GAUDINMonsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur le Premier Adjoint délégué à l'Economie, à l'Emploi, à la Formation Professionnelle, aux Zones d'Activités, aux Technopôles et à Euroméditerranée, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

    Le projet Trans-Form s’inscrit dans le cadre d’un projet de démultiplication du projet Trans-Urban « Réseau de formations professionnelles aux nouveaux métiers de la ville », programme Léonardo da Vinci 96-98. Trans-Urban a permis de construire des outils et des méthodes préparatoires à la mise en place d’une offre européenne de formation aux nouveaux métiers de la ville. Ce réseau doit maintenant veiller à la diffusion et au transfert des méthodes, produits et résultats obtenus et s’ouvrir à d’autres partenaires et d’autres publics cibles.

    Le projet Trans-Form est un projet de démultiplication qui a pour but l’amélioration des perspectives d’emploi, par l’adaptation des méthodes et des contenus de la formation professionnelle, à l’évolution des métiers et à l’ensemble des mutations, qu’elles soient socio-économiques, technologiques ou culturelles.

    Il permet de tester, transférer et valider un ensemble de méthodes, de pratiques et de produits nouveaux, issus de Trans-Urban, et de viser au développement d’approches innovantes dans le domaine de la qualité de la formation.

    Il s’adresse à deux nouveaux groupes cibles directs : deux nouvelles villes partenaires (Varna en Bulgarie et Aveiro au Portugal) et un réseau élargi de formateurs européens (20 par pays, soit 120). Les formateurs recouvrent deux catégories d’acteurs :

  • les universitaires et les formateurs issus de la formation continue,

  • les professionnels de la ville et du développement local, qui interviennent dans les dispositifs de formation.

Ils sont originaires des institutions partenaires, mais ils ouvrent également le réseau à de nouvelles institutions : autres universités, écoles supérieures, centres de formation, en particulier les Centres Nationaux de Formation des Personnels Territoriaux, ainsi qu’à des représentants des Pouvoirs Publics, du monde associatif et des organismes spécialisés.

Leur repérage s’appuie sur les résultats du projet antérieur (bilans des formations locales, réseau de relation des métiers de la ville…). Les bénéficiaires finaux restent les professionnels

de la ville, titulaires de ces nouveaux emplois, qui pourront bénéficier du dispositif de formation professionnelle conçu par le réseau Trans-Urban.

Pour cela, le Projet s’appuie sur un réseau de 13 partenaires : 6 municipalités européennes et 7 Universités ou organismes de formation professionnelle. Il s’agit des villes de Marseille (France), de Gênes (Italie), de Patras (Grèce), de Séville (Espagne) déjà impliquées dans Trans-Urban, auxquelles s’ajoutent les villes d’Aveiro (Portugal) et de Varna (Bulgarie). Elles associent des Universités et des organismes locaux de formation.

Ainsi, chaque ville est couplée à une université. La complémentarité du partenariat s’établit sur la base d’un binôme « praticien-méthodologue », « ville-universités ». Elle s’appuie aussi sur une pluralité d’expériences, de contextes et de champs disciplinaires.

Plus précisément, le projet fonctionne en réseau entre les partenaires, constitués en équipes locales chargées de réaliser les travaux produits localement. Chacune organisera, en particulier, un atelier local « Nouvelles pédagogies de la ville » et chacune participera à l’adaptation, des méthodes, produits et résultats des projets antérieurs, à leurs diffusions et leurs transferts et à leur valorisation sous la forme de nouveaux produits mieux appropriés (conception de méthodes et contenus pédagogiques innovants).

Elles seront assistées, pour l’action de transfert, d’une équipe transnationale de transfert (notamment Commission-animation des ateliers locaux). Elles pourront échanger, communiquer leurs expériences et savoir-faire, capitaliser les résultats obtenus et produire collectivement lors des expériences et savoir-faire, capitaliser les résultats obtenus et produire collectivement lors des rencontres transnationales. Elles bénéficient d’un système permanent d’échange, via le réseau Internet.

L’ensemble du dispositif est chapeauté par le coordonnateur, garant de la bonne exécution du projet, chargé de sa gestion technique et financière et rédacteur final des productions collectives.

En ce qui concerne la Ville de Marseille, sa participation consistera essentiellement en un appui logistique de la démarche locale, assuré par la Mission des Programmes Privés et Européens (MIPPE), ainsi qu’à une intervention de la Direction Générale du Personnel de la Ville de Marseille dans le cadre d’échanges d’expériences avec les autres villes et universités du réseau.

Ces prestations sont estimées aujourd’hui à 3 800 euros mais seront effectuées en nature par une mobilisation de ressources de personnels.

Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUI LE RAPPORT CI-DESSUS

DELIBERE

ARTICLE 1 Est décidée la participation de la Ville de Marseille au projet Trans-Form dans le cadre du programme européen Léonardo da Vinci qui fait l’objet d’une convention de subvention n° F/99/1/064204/PI/III.3.a/CONT entre la Commission Européenne et le Collège Coopératif.

ARTICLE 2 Est approuvée la convention entre la Ville de Marseille et le Collège Coopératif permettant l’intervention de la Mission des Programmes Privés et Européens et la Direction Générale du Personnel dans le cadre d’échanges d’expériences.

ARTICLE 3 Monsieur le Maire ou son représentant est autorisé à signer tout acte relatif à ce programme européen.

Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

MONSIEUR LE PREMIER ADJOINT DÉLÉGUÉ À L'ECONOMIE, À L'EMPLOI, À LA FORMATION PROFESSIONNELLE, AUX ZONES D'ACTIVITÉS, AUX TECHNOPí”LES ET À EUROMÉDITERRANÉE

Signé : Renaud MUSELIER

Le Conseiller rapporteur de la Commission ECONOMIE, URBANISME ET GRANDS EQUIPEMENTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

Cette proposition mise aux voix est adoptée.

Certifié conforme

LE MAIRE DE MARSEILLE

SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

Jean-Claude GAUDIN