D00LA-98/1010/EUGE

VILLE DE

MARSEILLE

REPUBLIQUE FRANCAISE

DEPARTEMENT DES

BOUCHES-DU-RHONE

EXTRAIT DES REGISTRES DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 21 Décembre 1998

PRESIDENCE DE MONSIEUR Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Sénateur des Bouches-du-Rhône. L’Assemblée formée, Monsieur le Maire a ouvert la séance à laquelle ont été présents 84 membres.

98/1010/EUGE

DIRECTION DES SERVICES CONCEDES ET DES SOCIETES D'ECONOMIE MIXTE – SOMIMAR –

Approbation du rapport de gestion de l'exercice 1997 et compte-rendu financier des activités de la société.

98-766-DSC

– o –

Monsieur le Maire, sur la proposition de Monsieur l'Adjoint délégué à l'Hygiène, à la Santé, aux Marchés d'Intérêt National et à la Lutte contre la Pollution, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

La SOMIMAR est la Société Anonyme d’Economie Mixte (SAEM) chargée de la gestion du Marché d'Intérêt National (MIN) des Arnavaux.

Les Sociétés d'Économie Mixte, pour la gestion des Marchés d'Intérêt National, résultant de dispositions spécifiques énumérées par l'ordonnance n° 67/808 du 22 septembre 1967 modifiée, ne sont pas soumises à la loi n° 83/597 du 7 juillet 1983 qui stipule dans son article 8, que les organes délibérants des Collectivités Territoriales actionnaires se prononcent sur le rapport écrit qui leur est soumis au moins une fois par an par leurs représentants au Conseil d'Administration.

Toutefois, par souci de transparence et d'homogéneité vis-à-vis de l'ensemble des SEM de Marseille, le rapport de gestion de la SOMIMAR pour l'exercice 1997 est néanmoins soumis à votre approbation.

Le rapport de gestion comprend un compte rendu d'activité et une analyse de la situation financière de la Société.

1/ RAPPORT D'ACTIVITÉ

En 1997, l’activité du MIN s’est inscrite dans un contexte de faible reprise économique, assortie de fortes turbulences dues en Mai aux manifestations paysannes et à l’automne à la grève des transporteurs. Dans cet environnement difficile, la SOMIMAR a su démontrer sa compétence à gérer de manière sûre et efficace les installations qui lui sont confiées.

Avec un excellent taux d’occupation, la SOMIMAR et ses partenaires reçoivent les fruits des efforts consentis en 1996 en matière de remembrement. La société a continué à venir en appui à ces mutations, par ses fonds propres ou son savoir-faire.

L’activité de la SOMIMAR se subdivise en plusieurs centres d’activité :

  • Secteur grossistes en fruits et légumes

    La concentration des entreprises favorisant l’agrandissement des surfaces de vente et de stockage a marqué le pas en 1997. Malgré la stagnation des chiffres d’affaires, une seule défaillance d’entreprise est à signaler, contre trois à quatre les années précédentes.

  • Secteur carreaux producteurs

    La totalité des emplacements est occupée. A noter toutefois quelques changements d’exploitants intervenus en cours d’année.

  • Secteur fleurs

    L’accueil d’un important producteur de plantes en pots a permis d’accroître l’attractivité du marché. Pour l’activité fleurs fraîches, le dynamisme et la disponibilité des grossistes, qui développent le service à la clientèle, compensent les effets de la proximité des marchés de production (Hyères notamment).

  • Secteur entrepôts

    1997 a bénéficié en année pleine de la reconversion de trois entrepôts et de la levée d’option sur un terrain, qui a permis l’extension de la coopérative  » La Provençale – Prov Vert « . Le MIN a ainsi accueilli les sociétés CODEFA (négoce d’huile), ORCA enseignes CASTELLI/UNICOMEX (pâtes, salaisons) et BIGARD (viandes). SOCOPAL (fruits secs) a contractualisé en fin d’année son implantation. Le rachat d’entrepôts au profit de SCI déjà concessionnaires influe peu sur les recettes de la SOMIMAR, mais contribue à valoriser l’environnement économique du site.

  • Les tonnages

    Compte tenu de l’évolution des techniques de vente à distance, des flux importants de denrées ne transitent plus nécessairement par le marché, entraînant un certain effritement des tonnages pour le secteur grossistes. Néanmoins on constate une relative stabilité des tonnages traités, en raison de la progression des arrivages sur le carreau des producteurs.

    ANNÉES

    TONNAGE TOTAL DONT TRANSIT

    CARREAUX PRODUCTEURS

    Bí‚TIMENTS GROSSISTES

    1996

    275 158

    30 700

    152 436

    1997

    276 365

    34 423

    151 422

    + 0,4 %

    + 12,1 %

    + 0,7 %

  • Activité économique du MIN

    DÉSIGNATION

    NOMBRE D'ENTREPRISES

    CHIFFRE AFFAIRES EN M.F.

    NOMBRE D'EMPLOYÉS

    Grossistes en magasins

    40

    1 562,70

    341

    Grossistes en halle commune

    9

    75,63

    27

    Producteurs

    184,20

    496

    Activités diverses

    28

    37,52

    103

    Fleurs

    15

    82,90

    58

    Entrepôts

    18

    924,63

    272

    Bâtiments administratifs

    6

    31,40

    39

    TOTAUX

    2 898,98

    1 336

  • Communication – Relations sociales

    Les retombées de la politique de communication partenariale visant à valoriser l’image du MIN (notamment Fête du printemps du marché aux fleurs, sponsoring d’un bateau du Tour de France à la Voile) se sont concrétisées par l’implantation de nouvelles entreprises, soit 55 emplois supplémentaires.

    La collaboration avec le centre social La Paternelle en vue de l’embauche de quatre emplois-jeunes (agents d’ambiance), dont certains ont été recrutés par la suite par des professionnels du site, a contribué à améliorer le climat relationnel avec les cités environnantes.

  • Perspectives

La SOMIMAR poursuit sa politique de diversification afin d’assurer la reconversion du MIN en plate-forme de distribution. L’ouverture à de nouvelles structures de type  » cash and carry « , la modernisation des installations, la baisse de l’endettement et l’amélioration de la trésorerie permettent d’envisager sous de bons auspices la montée en puissance du pôle agro-alimentaire des Arnavaux.

2/ RAPPORT FINANCIER

  • Pourcentage du capital détenu par la Ville de Marseille au 31 décembre 1997 : 60 % (soit 900 000 F sur 1 500 000 F).

  • Montant de la garantie Ville de Marseille au 31 décembre 1997 sur les emprunts contractés par la Société : 4 657 037,05 F.

    1. Présentation du bilan 1997

      Durant l'exercice 1997, les grandes masses du bilan n'ont pas évolué substantiellement. On constate à sa lecture que :

  • L'actif immobilisé, de 45,53 MF, est stable (-0,4 %).

  • Au sein de l'actif circulant, de 6,88 MF (+ 1,95 %), l'emploi des disponibilités a permis une progression des valeurs mobilières de placement à moins d'un an de + 2,8 %. Elles représentent désormais 87,7 % de l'actif circulant.

  • Au passif, les capitaux propres sont de 9,82 MF.

  • Le poste "provision pour charges", de 33,78 MF, est essentiellement constitué des provisions pour amortissement de caducité des emprunts sur constructions en concession (28,68 MF). Il englobe pour 4,2 MF les provisions pour grosses réparations (obligation liée à la convention Ville de Marseille/SOMIMAR).

  • Les dettes, qui s'élèvent à 8,80 MF, diminuent du fait d'une réduction des dettes financières de 21,2% (remboursement anticipé d’emprunt).

    L’analyse des éléments de financement met en exergue les points suivants :

  • L’excédent des ressources stables sur les emplois stables, c’est-à-dire le fonds de roulement, est d’un niveau satisfaisant (4,21 mois de chiffre d’affaires) et permet une marge sécuritaire dans l’absorption des emplois cycliques en cas de besoin, ce qui n’est actuellement pas le cas puisque l’on peut constater un excédent en fonds de roulement (les ressources à court terme sont supérieures aux emplois à court terme).

  • Ceci a conduit à une situation de trésorerie saine que corrobore le ratio de liquidité immédiate (les valeurs immédiatement mobilisables couvrent plus de 4 fois les dettes à court terme).

  • Le désendettement de la société, poursuivi en 1997 (le ratio d'endettement sur capitaux propres est désormais de 0,48, ceci indiquant un équilibre sain), allié à un bon niveau en ressources propres garantissent une autonomie financière appréciable.

  1. Présentation du compte de résultat 1997

1996

(en MF)

1997

(en MF)

Produits d'Exploitation

17,54

18,22

Charges d'Exploitation

17,56

18,18

Résultat d'Exploitation

– 0,02

+ 0,04

1996

(en MF)

1997

(en MF)

Produits Financiers

0,53

0,46

Charges Financières

0,41

0,31

Résultat Financier

+ 0,12

+ 0,15

1996

(en MF)

1997

(en MF)

Produits Exceptionnels

0,33

0,37

Charges Exceptionnelles

0,03

0,15

Résultat Exceptionnel

+ 0,30

+ 0,22

1996

(en MF)

1995

(en MF)

Participation des salariés

0,04

0,03

Impôts sur les sociétés

0,16

0,14

Résultat Net

+ 0,20

+ 0,24

Le chiffre d'affaires de la société, de 16,038 MF, est globalement en légère régression (- 1,96%), en raison de la diminution des droits de première accession (0,315 MF en 1997 contre 1,182 MF en 1996). Hors  » D.P.A. « , avec 15,723 MF, il augmente de 3,59 %.

L'effort de maîtrise des charges d'exploitation se poursuit. Hors dotation aux amortissements et provisions, ces charges ont augmenté de 1 %, avec ces dotations, de + 3,5 %.

Le résultat net, de + 238 054,97 F, est affecté au report à nouveau.

L’analyse de la formation du résultat par les soldes intermédiaires de gestion indique un excédent des produits sur les charges pour l’ensemble des composantes. Notons que les éléments d’exploitation ne concourent positivement à la formation du résultat net qu’à hauteur de + 0,042 MF. Ce sont les résultats financier et exceptionnel (+ 0,153 MF et + 0,221 MF) qui ont permis d’atteindre le niveau de résultat comptabilisé.

La capacité d’autofinancement (2,841 MF en 1997) a connu une progession de

+ 40,3 %, ceci ayant également contribué à une situation de trésorerie saine.

Le bilan, le compte de résultat et l'annexe de l'exercice 1997 ont été arrêtés par le Conseil d'Administration du 7 Mai 1998 et approuvés par l'Assemblée Générale Ordinaire du 24 Juin 1998.

Les rapports des Commissaires aux Comptes ont constaté la régularité et la sincérité des comptes présentés.

Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OUíŽ LE RAPPORT CI-DESSUS

D E L I B E R E

ARTICLE UNIQUE Sont approuvés le rapport sur la gestion ainsi que les comptes de la Société SOMIMAR pour l'exercice 1997.

Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

L'ADJOINT DELEGUE A L'HYGIENE, A LA SANTE, AUX MARCHES D'INTERET NATIONAL ET A LA LUTTE CONTRE LA POLLUTION

Signé : Romain VIGNOLI

Le Conseiller rapporteur de la Commission ECONOMIE, URBANISME ET GRANDS EQUIPEMENTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

Cette proposition mise aux voix est adoptée.

Certifié conforme

LE MAIRE DE MARSEILLE

SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

Jean-Claude GAUDIN