D00E7-98/0826/CESS

VILLE DE

MARSEILLE

REPUBLIQUE FRANCAISE

DEPARTEMENT DES

BOUCHES-DU-RHONE

EXTRAIT DES REGISTRES DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Séance du 26 Octobre 1998

PRESIDENCE DE MONSIEUR Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Sénateur des Bouches-du-Rhône. L’Assemblée formée, Monsieur le Maire a ouvert la séance à laquelle ont été présents 74 membres.

98/0826/CESS

DIRECTION GENERALE DE L'ARCHITECTURE ET DES BATIMENTS COMMUNAUX – DIRECTION DES ETUDES ET DES GRANDS PROJETS – DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES

CULTURELLES – Travaux de réfection des façades et des couvertures du Palais Longchamp – 13004 Marseille – Convention pour études préalables avec l'Architecte en Chef des Monuments Historiques – Autorisation de programme pour les études préalables.

98-511-DGPRO

– o –

Monsieur le Maire, sur la proposition Monsieur le Conseiller délégué aux Musées et aux Monuments Historiques, au Muséum et à l’Ecole Supérieure d’Art, soumet au Conseil Municipal le rapport suivant :

1869.

Conçu par l’Architecte Henri ESPERANDIEU, le Palais Longchamp a été inauguré en

Salué à son époque comme un édifice remarquable, sa valeur architecturale a

récemment été reconnue par le classement « Monument Historique » des parties suivantes du bâtiment :

  • façades, toitures, bassins, escaliers, balustrades et sculptures : arrêté ministériel MH 97 IMM 079 du 18 novembre 1997 ;

  • jardins et réseaux hydrauliques : par arrêté préfectoral n° 98.26 du 9 février 1998.

    L’état sanitaire de l’édifice apparaît comme alarmant et nécessite des interventions lourdes et urgentes.

    Les sculptures, celles en particulier qui ornent la partie centrale du monument, sont profondément altérées. Certaines d’entre elles ont disparu, d’autres menacent de tomber et constituent un danger pour le public.

    Les peintures qui décoraient la sous face des portiques ont été partiellement détruites car les enduits sur lesquels elles avaient été réalisées se décollaient, conséquence d’une mauvaise étanchéité des terrasses.

    Les colonnes, balustrades, escaliers et fontaines présentent des désordres importants au niveau des pierres qui les composent.

    Enfin, le Musée des Beaux Arts et le Musée d’Histoire Naturelle ont vu leurs façades recevoir dans le passé un traitement de consolidation (Silexore) qui induit aujourd’hui des effets pervers qu’il est nécessaire de gérer.

    La Ville de Marseille et le Service Départemental de l’Architecture avaient envisagé en 1985 de réaliser des travaux de restauration pour régler ces divers problèmes mais ces projets sont restés sans suite. Depuis lors, l’état sanitaire du monument a continué à se dégrader.

    En 1997, suite à des chutes de pierres dans les zones accessibles au public, la Direction Générale de l’Architecture et des Bâtiments Communaux a dû procéder à l’auscultation complète des façades et à la dépose des éléments instables.

    A ce jour, toute nouvelle purge contribuerait à accentuer la dégradation des façades dont les pierres seraient mises à nu. Seule une campagne globale de travaux peut arrêter cette dégradation.

    Les travaux devront prendre en compte la nécessité de restauration des façades, des couvertures, des menuiseries et vitrages des bâtiments, du péristyle à colonnades et des statuaires et escaliers du jardin.

    Une étude de faisabilité permettra de définir, en fonction de la modification des fermetures et des exigences muséographiques, la nécessité de mise en place d’un système de ventilation naturelle ou de conditionnement de l’air.

    Pour ce faire, et conformément à la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques et ses décrets d’application, la maîtrise d’oeuvre du projet de réhabilitation sera dévolue à Monsieur BOTTON, Architecte en Chef des Monuments Historiques du département des Bouches-du- Rhône.

    Une première mission intitulée Etudes Préalables comprendra :

  • une notice historique,

  • un relevé en plan et en élévation du bâtiment complétant et synthétisant les documents existants,

  • un état sanitaire diagnostic du monument (rapport, photos et cartographie des

    désordres),

  • une analyse de l’état sanitaire à partir des désordres relevés afin d’apporter les

    éléments de connaissances scientifiques pour déterminer les procédés d’intervention sur les ouvrages,

  • une proposition de travaux à réaliser par zone :

    . dôme central

    . péristyle Nord

    . péristyle Sud

    . musée des Beaux Arts

    . musée d’Histoire Naturelle

  • une estimation et un phasage prévisionnel des travaux.

    L’Architecte en Chef des Monuments Historiques souhaite s’associer les compétences de spécialistes :

  • un laboratoire spécialisé dans l’analyse de parements de pierre,

  • un restaurateur de pierres pour effectuer les prélèvements,

  • un économiste.

L’ensemble de ces interventions sera réalisé pour un montant global estimé à 485 573,00 F TTC se répartissant en un forfait de rémunération de 244 373,00 F TTC pour la mission de l’Architecte et une somme évaluée à 241 200,00 F TTC pour les spécialistes.

Il convient donc que le Conseil Municipal autorise Monsieur le Maire ou son représentant à signer une convention d’honoraires entre la Ville de Marseille et Monsieur BOTTON, Architecte en Chef des Monuments Historiques, afin que celui-ci exécute à partir du programme de l’opération, les études préalables de diagnostic du bâtiment et de faisabilité.

L’ensemble des études architecturales auxquelles s’ajoutent les missions complémentaires de programmation et d’étude thermique, ainsi que quelques travaux de première urgence, s’élèverait à 950 000 F TTC, montant qui correspond à une autorisation de programme pour études préalables.

A l’issue de cette phase, le projet d’études préalables sera soumis à l’approbation du Conseil Municipal qui délibèrera sur les conditions de poursuite de cette opération.

Telles sont les raisons qui nous incitent à proposer au Conseil Municipal de prendre la délibération ci-après :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE MARSEILLE

VU LE CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES VU LE CODE DES MARCHES PUBLICS

VU LA LOI DU 31 DECEMBRE 1913 OUI LE RAPPORT CI-DESSUS

D E L I B E R E

ARTICLE 1 Monsieur le Maire ou son représentant est autorisé à signer la convention d’honoraires entre la Ville de Marseille et Monsieur BOTTON Architecte en Chef des Monuments Historiques selon les barèmes en vigueur et visant à lui confier une mission portant sur l’établissement des études préalables au projet de réfection des façades et des couvertures du Palais Longchamp.

ARTICLE 2 Est approuvée l’autorisation de programme pour études préalables d’un montant de 950 000 F TTC et ventilé selon l’échéancier prévisionnel des crédits de paiement indiqué ci-après :

Exercice 1998 200 000 F TTC

Exercice 1999 750 000 F TTC

ARTICLE 3 La dépense relative à cette opération sera imputée sur les crédits inscrits au budget 1998 et suivants nature 2031 et fonction 22.

Vu et présenté pour son enrôlement à une séance du Conseil Municipal

LE CONSEILLER DELEGUE AUX MUSEES ET AUX MONUMENTS HISTORIQUES, AU MUSEUM ET A L'ECOLE SUPERIEURE D'ART

Signé : Roger LUCCIONI

Le Conseiller rapporteur de la Commission CULTURE, EDUCATION, SOLIDARITE ET SPORTS demande au Conseil Municipal d'accepter les conclusions sus-exposées et de les convertir en délibération.

Cette proposition mise aux voix est adoptée.

Certifié conforme

LE MAIRE DE MARSEILLE

SENATEUR DES BOUCHES-DU-RHONE

Jean-Claude GAUDIN